Les élections du 23 mars

publié le 20 mars 2014 à 14:34 par antoine thill   [ mis à jour le·21 mars 2014 à 02:32 par Jean FONTENAISIEN ]

Les prochaines élections municipales constituent un moment important de la vie de Fontenay-aux-Roses. Les citoyens vont pouvoir donner une orientation à la vie de la commune pour les six prochaines années, c'est à dire jusqu'en 2020. Il faut donc voter.

Il est important pour une association comme la notre, de commencer par féliciter l'ensemble des candidats des cinq listes. En effet, la politique est un réel engagement. En se présentant devant les suffrages avec la responsabilité d'un projet, les candidats prêtent le flan aux jugements de leurs concitoyens et à la critique (constructive). Nous sommes convaincus à CIVIFAR que tous les candidats à l'élection entreprennent une telle démarche par amour de leur ville.

A CIVIFAR, nous avons tenté d'animer le débat en dehors du jeu électoral. Il nous semble en effet fondamental qu'il puisse exister des espaces de discussion ou les idées puissent être échangées, discutées, débattues au delà des clivages partisans. Nous avons reçu les cinq listes à l'élection municipale afin d'entendre leurs propositions sur deux thèmes qui ont occupés CIVIFAR ces dernières années : l'urbanisme et la démocratie participative.

L'urbanisme car d'ici 2020, notre région va se transformer. Le maire et son équipe auront un rôle à jouer. Il nous semble important d'impliquer les citoyens dans ces enjeux car c'est de leur cadre de vie qu'il s'agit.

La démocratie participative car elle nous semble pouvoir jouer un rôle positif dans la relation de plus en plus dégradée entre les citoyens et leurs responsables politiques.

les comptes-rendus de l'ensemble des réunions que nous avons organisées ont été publié sur notre  site. Vous trouverez ci-après des résumés ainsi que des tableaux comparatifs sur l'urbanisme et la démocratie participative. Nous avons également demandé aux candidats de nous dire en quelques mots quels sont selon eux les enjeux du prochain scrutin. Vous pourrez entendre Dominique Lafon, Philippe Ribatto et Pascal Buchet dans la vidéo ci-dessous. Michel Faye ne souhaite pas être filmé et n'a pas eu le temps de nous fournir un texte sur sa vision des enjeux. Après un rendez vous manqué avec Laurent Vastel, il n'a plus répondu à nos sollicitations sur cette vidéo.

Municipales 2014; les enjeux du scrutin


Quel que soit le résultat du vote, Fontenay-aux-Roses aura besoin de la bonne volonté et de l'énergie de chacun dans les prochaines années. L'engagement associatif est la grande cause nationale 2014, alors soyez des citoyens actifs engagez vous pour faire vivre Fontenay-aux-Roses.

Antoine Thill

président de CIVIFAR

Nos documents:

Le tableau comparatif sur l'urbanisme : ici

Le tableau comparatif sur la Démocratie participative : ici

Résumé des positions des listes candidates sur l’urbanisme :

Ce résumé est forcément simplificateur et subjectif, mais il tente de montrer les différences d’approches de chaque liste, constatées lors des réunions CIVIFAR.

Nous avons pris en compte également les propositions faites par les listes dans leur programme.

1 – Densification ?

Toutes les listes souhaitent maintenir à Fontenay les équilibres généraux actuels, par exemple entre logements pavillonnaires et logements collectifs et entre logements sociaux et logements privés.

Toutes souhaitent ne pas densifier davantage car manque de réserves foncières et inadaptation du réseau de transport. Mais il faut conserver le niveau actuel de population. Pour cela il faut créer des nouveaux logements.

Toutes souhaitent aussi le développement d’activités économiques et commerciales à Fontenay.

P. Ribatto : Rénovation plutôt que constructions neuves, quelques petits immeubles neufs

L. Vastel : Privilégier réhabilitation et logements neufs privés

M. Faye : Priorité à la construction de logements collectifs non aidés (privés).

P. Buchet : La densité de population doit rester au niveau actuel. Création de logements pour maintenir le « point mort », c'est-à-dire pour conserver le même niveau de population. Maintient de l’équilibre actuel entre logements sociaux et logements privatifs. Maintien de la mixité intergénérationnelle en favorisant le logement des jeunes, agrandissement des pavillons.

D. Lafon : concertation avec les habitants, en fonction des opportunités et privilégier les petites structures (petits immeubles, maison de ville, etc.)


2- Espaces verts

Tous jugent le niveau d’espaces verts insuffisant.

P. Ribatto : Mettre en valeur les espaces actuels, créer des ilots de verdure

L. Vastel : Préserver le niveau actuel

M. Faye : Difficile d’augmenter le niveau actuel, opportunités à saisir, création de jardins familiaux

P. Buchet : Développer les espaces verts, y compris les espaces privés et les arbres d’alignement des rues

D. Lafon : Animer et valoriser les espaces verts existants, privilégier la végétalisation des toitures, créer un réseau de jardins partagés.


3- Projets prioritaires

P. Ribatto : Rénovation de l’existant : logements, commerces, équipements publics

L. Vastel : Redynamisation du Centre-Ville, réhabiliter le stade du Panorama avec un complexe sportif (6 ème gymnase), Création d’une Maison des Arts dans le bâtiment du Conservatoire

M. Faye : Isolation des bâtiments communaux et sixième gymnase

P. Buchet : Sixième gymnase, projet au carrefour des Mouilleboeufs, isolation thermique des bâtiments publics, rénovation de stade du Panorama, création d’une pépinière d’entreprise et d’un hôtel artisanal

D. Lafon : A définir en concertation avec les citoyens. Priorité à la rénovation du patrimoine municipal existant (économies d’énergie, plurifonctionnalité, optimisation des espaces et des usages).


4 – Stratégie vis à vis de SDRIF, Grand Paris, ALLUR, etc…

P. Ribatto : Mettre en avant les contradictions (plus d’espace verts mais densifier, plus de logements mais plus d’activités économiques), passer le plus tard possible en PLU après l’avoir préparé soigneusement.

L. Vastel : PLU obligatoire en 2016. Jouer le jeu pour pouvoir l’influencer. Avoir une logique de projet et des élus motivés et compétents

M. Faye : Ne passer en PLU que si obligés, et le soumettre à un referendum local pour être plus forts dans la contestation. S’appuyer sur les lois (loi sur l’air - pollution par les particules des voitures diesel, loi sur l’eau et loi sur le bruit) pour contester la densification.

P. Buchet : PLU obligatoire rapidement. Mais l’intercommunalité est une chance pour pouvoir répondre aux exigences du SDRIF tout en conservant les équilibres de notre commune : ce sont les ratios globaux de l’intercommunalité qui seront pris en compte en matière d’emploi et de logements.

D. Lafon : Passage en PLU sera imposé. Il est préférable d’anticiper les choses en lançant une large concertation, en particulier sur le PADD, pour une stratégie de rénovation des bâtiments communaux.


5 – Avenir du bâtiment du Conservatoire

P. Ribatto : Il faut garder les locaux du conservatoire dans le patrimoine municipal : y implanter des activités culturelles et sociales et en faire un centre d’animation de la ville.

L. Vastel : Revoir le projet actuel par exemple pour y prévoir une Maison des Arts, avec des ateliers d’artistes, de la formation, des expositions, interactions avec les Fontenaisiens, par exemple ouvert aux enfants des écoles (activités artistiques, transfert de certaines missions du centre de loisirs)

M. Faye : Garder la partie Danse au bâtiment actuel du Conservatoire, la partie Musique allant au Château La Boissière.

P. Buchet : Vente du bâtiment ou bail emphytéotique, concertation avec le groupe de travail mis en place.

D. Lafon : Ce bâtiment doit rester un bâtiment municipal. Il doit être rénové (rajouter un étage ?). En faire un lieu de mixité d’activités : ateliers d’artistes, entreprises solidaires, artisans….


Résumé des positions des listes candidates sur la démocratie participative:

Ce résumé est forcément simplificateur et subjectif, mais il tente de montrer les différences d’approches de chaque liste, constatées lors des réunions CIVIFAR.



1 – Charte de la Démocratie Participative (Charte votée en février 2012 et dont une mise en œuvre partielle a commencé depuis septembre 2012)

P. Ribatto : nous conserverons cette Charte et l'appliquerons dans tous ses aspects, en particulier ceux qui n’ont pas encore été mis en œuvre.

L. Vastel : la charte de DP est un texte cadre qui ne nécessite pas de modifications particulières mais une véritable mise en œuvre.

M. Faye : Charte non satisfaisante et incomplète. Dès la première année de notre mandat, nous élaborerons avec toutes les parties concernées une Charte de la Démocratie Locale alliant la démocratie participative avec la démocratie représentative.

P. Buchet : Nous continuerons à mettre progressivement en pratique la Charte que nous avons votée.
D. Lafon : Notre projet va bien au-delà de cette charte : La participation des citoyens à la vie de notre ville passe par une refonte complète des principes de gouvernance et des règles d’action.

2- Continuation des actions de DP en cours ?

P. Ribatto : Oui, en accentuant les actions déjà entreprises

L. Vastel : Oui, mais sous le contrôle du Comité Local de l’Urbanisme pour les projets concernant l’urbanisme

M. Faye : Non, tout devra être revu pour se conformer à la nouvelle charte de Démocratie Locale

P. Buchet : Bien sur

D. Lafon : Bien sûr mais en amplifiant ce mode de fonctionnement. La concertation doit être « permanente » et non pas « au coup par coup »..


3- Moyens de participation citoyenne interactive

P. Ribatto : Forum Internet, dans FAR Mag, 3 pages consacrées à la Démocratie Participative : une page mairie, une page association, une page comités de quartiers, points d’information Comité d’habitants dans chaque quartier.

L. Vastel : FAR Mag, site Internet, Comités d’habitants ayant des moyens de se faire connaitre, Comité Local de l’urbanisme, Cafés citoyens mensuels en Mairie, Aide aux Associations (cogestion, plate-forme d’aide aux associations), etc…

M. Faye : - Concertation : conseils de quartier, comités d’habitants autonomes, forums, associations, commissions municipales et/ou extramunicipales, débats internet, courrier des lecteurs…, Incitation à participer à la vie municipale, Evaluation de toute action municipale.

P. Buchet : site internet « véritable plateforme du débat public », vrai « Courrier des lecteurs »  dans le FAR Mag.

D. Lafon : - Outil de remontée d’informations (incidents, dégradations, …) type « DansMaRue » à Paris, courrier des lecteurs dans le magazine, ouverture aux citoyens du débat d’orientation budgétaire, forums thématiques (comme en 1994), ….


4 – Information

P. Ribatto : Nous appliquerons la charte complètement.

L. Vastel : Mise en ligne des dossiers qui sont publics pour les prises de décision au Conseil Municipal, Retransmission en direct des conseils municipaux sur le net, Dossiers sur l’action municipale en ligne, interactifs.

M. Faye : Pour tout projet important où la ville est partie prenante, un délai de 3 mois minimum sera prévu entre l’information des habitants et le premier vote par le conseil municipal lié à ce projet. Toute l’information concernant les projets municipaux sera librement accessible, sauf celle expressément interdite par la loi. Et tout refus d’information de la part de la ville sera motivé.
P. Buchet : Favorable à la publication des comptes-rendus des travaux des comités d’habitants.
D. Lafon : - Fournir les informations au plus tôt, sur tous les supports disponibles - Création d’une fonction de médiation entre usagers et administration avec des voies de recours. Déploiement de supports d’affichage libre

5 – Formation

P. Ribatto : - Création de séminaires de formation et de mise en valeur de la Démocratie Participative.

L. Vastel : C’est en pratiquant que l’on apprend. Commencer par le Conseil Municipal des Enfants.

M. Faye : Nous proposerons aux associations des formations à la vie locale, par exemple : gestion des Associations, finances municipales, règlements d’urbanisme, etc…

P. Buchet : Non abordé

D. Lafon : Organisation de formations sur les thèmes de base (fonctionnement d’une commune, budget, marchés publics, etc), mise en ligne de fiches « pratiques »


6 – Bilan annuel de la Démocratie Participative

P. Ribatto : Appliquer la Charte de la Démocratie Participative qui le prévoit.

L. Vastel : C’est le Conseil Municipal qui doit assurer ce rôle. Avoir un autre comité serait superflu. .

M. Faye : L’évaluation systématique des décisions municipales doit être faite et portée à connaissance des fontenaisiens

P. Buchet : Le bilan des pratiques de Démocratie Participative sera effectué au cours d’une réunion du Conseil Municipal .

D. Lafon : Oui, cela fera en partenariat avec le Comité Consultatif Citoyen.


7 – Référendum local ?

P. Ribatto : Oui, pour des projets d'importance qui engagent le devenir de la commune, selon le processus légal (décisionnel si au moins la moitié des électeurs inscrits ont participé au vote).

L. Vastel : Peut-être si large pétition. Appliquer le processus légal
M. Faye : Oui, référendum municipal systématique, quand un grand nombre d’habitants conteste une décision et si une pétition réunit en 3 mois les signatures de 10% des inscrits. Nous appliquerons le résultat du référendum quelque soit le pourcentage de votants.
P. Buchet : Un référendum est inutile sur les projets annoncés dans le programme car une liste est élue pour appliquer son programme. Il ne peut être utile que pour un nouveau problème qui n’était pas prévu dans le programme ou un projet qui reste à définir. 

Il existe des moyens moins lourds pour consulter les citoyens de façon très démocratique. Avec un bon questionnaire et une consultation bien ciblée, on peut obtenir un très bon taux de participation sans passer par un référendum, et on peut obtenir des réponses multiples sur plusieurs sujets.

D. Lafon : La procédure de référendum est lourde et couteuse. Si la Démocratie Participative fonctionne correctement, on n’aura pas besoin de référendum. Mais nous nous engageons à organiser un référendum sur tout sujet ayant recueilli 10% de signatures d’électeurs (au lieu des 20 % légal)


Comments