CIVIFAR écrit au maire au sujet de l'évolution du fonctionnement de la Démocratie Participative et la commission CEMUA

publié le 4 déc. 2015 à 02:26 par Jean FONTENAISIEN   [ mis à jour : 4 déc. 2015 à 02:26 ]

Monsieur le Maire

 

Lors de la campagne électorale de 2013-2014, vous nous avez assuré de votre mobilisation pour la Démocratie Participative et pour l’application de la Charte correspondante. Nous saluons les efforts de votre équipe pour impulser un nouveau souffle aux comités d’habitants (CDH). De nouvelles personnes se sont mobilisées et notre association s’est investie dans tous les quartiers. En ce qui concerne plus particulièrement l’urbanisme, vous nous aviez promis la création d’une instance de concertation et de co-élaboration, le  Conseil Local de l’Urbanisme qui a été mis en place sous le nom de Commission Extra Municipale de l’Urbanisme et de l’Aménagement (CEMUA). Vous nous aviez déclaré : « Nous ne voulons pas statuer sur un projet sans avoir un avis de ce CLU ». Nous soutenons cette démarche et là aussi notre association a souhaité participer activement.

 

Pour autant, nous constatons, dans plusieurs domaines, des dysfonctionnements  graves dans ce nouvel élan de Démocratie Participative:
- La CEMUA n’a été ni informée, ni consultée, ni convoquée pour en débattre, sur votre projet de rénovation de la place de l’église.
- De même, la création d’une Société  Publique Locale d’Aménagement (SPLA) qui aura de grosses responsabilités dans l’aménagement de notre ville, n’a fait l’objet d’aucune concertation.
- Le Groupe de Travail sur l’avenir du bâtiment du Conservatoire ne s’est pas réuni depuis votre élection alors que circulent de nombreuses rumeurs sur ce sujet. 

- Les groupes de travail thématiques annoncés à la création de la CEMUA ne se sont pratiquement jamais réunis, alors que tous les projets d’aménagements actuels  concernent les thèmes annoncés: Transport/déplacements/stationnement, Economie/commerces, Environnement/Développement durable/Esthétique urbaine, Equipements publics/démographie.

- Il n’y a pas d’interface de communication avec les fontenaisiens qui ne peuvent pas avoir accès à toutes les informations et à tous les travaux de la CEMUA.

 

Nous espérons que vous aurez à cœur de résoudre ce type de dysfonctionnements pour qu’une vraie concertation avec les Fontenaisiens puisse voir le jour. Nous sommes prêts à nous mobiliser afin de vous aider à trouver des moyens concrets à mettre en œuvre pour améliorer l’information et le fonctionnement de la CEMUA. Par exemple, un couplage ou une interface pourrait-il être envisager avec la commission municipale sur l’urbanisme afin d’éviter les défauts d’informations ?

De nouvelles missions de réflexion mobilisatrices ne pourraient-elles pas être confiées à la CEMUA ?

 

Par exemple, une réflexion globale et une concertation approfondie avec tous les Fontenaisiens sur l’avenir de la rue Boucicaut sur toute sa longueur ne devrait-elle pas être envisagée rapidement ?
Les projets annoncés aujourd’hui consistent en des aménagements ponctuels, en trois points de cette rue (La Cavée, la Mairie, l’Eglise). Comment ces projets s’inscrivent-ils dans les orientations futures de cette rue ? :

- doit-elle rester un axe de transit automobile est-ouest dans Fontenay aux Roses ?

- souhaite-t-on qu’elle devienne une rue commerçante à priorité piétonne ?

- est-elle adaptée à une augmentation de la densité d’habitation ?

- les capacités de stationnement seront-elles suffisantes ?

- souhaite-t-on garder son esthétique à taille humaine ?

 

La CEMUA est faite pour se saisir d’une telle réflexion, afin que des orientations précises puissent être inscrites pour les 15 ans à venir dans le futur Plan Local d’Urbanisme.

Nous sommes à votre disposition pour mobiliser toutes les bonnes volontés et toutes les compétences utiles pour lancer cette réflexion.

  

Dans l’attente d’une réponse constructive, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments les plus cordiaux

Ċ
Jean FONTENAISIEN,
4 déc. 2015 à 02:26
Comments